LE MARIAGE

Mariage Juif

Le 29 juin 2021

Le mariage juif est lui aussi rempli de traditions et est appelé Kiddouchin, un mariage saint de purification du couple. Il est préparé en amont par le rabbin de la communauté juive. Notamment, ils doivent étudier le Niddah, qui sont des lois de “pureté familiale”. On appelle le futur marié Hatan et la future mariée Kala.

Les conditions

  • Le couple doit avoir été marié civilement auparavant
  • le mariage ne peut se dérouler lors d’une fête religieuse
  • l’homme et la femme doivent être juifs ainsi que leurs parents et témoins 

Les documents à fournir pour se marier sont les suivants et ils sont à envoyer au Service des mariages du Consistoire de Paris trois mois avant le mariage :

  • l’acte de mariage religieux et le livret de famille des parents
  • un extrait d’acte de naissance

Le déroulé du mariage

Les futurs époux ne se voient pas pendant la semaine précédant le mariage à la synagogue et jeûnent en prière toute la journée.

La veille du mariage, la future mariée (Kala) prend un bain de rituel, le Mikvé, 

Lorsqu’arrive la cérémonie, le marié est couvert de la tête par le Taleh, la mariée est quant à elle voilée. Elle descend jusqu’à la moitié de l’allée de la synagogue avant la ’Houpa, dais nuptial où elle est dévoilée par son époux en commémoration de Jacob, marié de force à la sœur de Rachel et dupé. 

Une fois la ’Houpa rejointe auprès du rabbin, les mariés échangent une coupe de vin, et enfilent leurs anneaux en or pur. La mariée l’enfile à l’index de la main droite, pour montrer que ce mariage est un choix volontaire de sa part.

Vient ensuite la lecture de l’acte de mariage, la Ketouba, signé par les mariés et témoins. Puis le rabbin récite les prières contenant les sept bénédictions du couple.

Le partage d’une coupe de vin clôt la cérémonie juive, suivi de l’éclat d’un verre par le pied droit du marié en souvenir de la destruction du temple de Jérusalem. Les proches présents acclament les jeunes mariés du Mazel Tov !

Tous se retrouvent autour d’un grand banquet le Seouda où chacun danse, chante et récite les sept bénédictions.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.